Analyse amiante : trois portées d’accréditation différentes pour les labos

Analyse amiante : trois portées d’accréditation différentes pour les labos
octobre 21 13:23 2019

Peut-être pas visés au premier chef, les opérateurs de repérage sont aussi concernés. Annoncé de longue date, publié au JO du 20 octobre, l’arrêté « Labo » vient modifier la réglementation en vigueur depuis 2003. Aussitôt publié, aussitôt en vigueur dès ce 21 octobre, avec toutefois, une période de transition pour les labos. Quelques-uns des points essentiels.

Trois portées d’accréditation

Sans doute la principale modification. Là où l’arrêté du 6 mars 2003 se contentait d’une accréditation unique, le nouveau texte en prévoit trois pour les laboratoires d’analyses :

  • dans les matériaux du bâtiment et autres matériaux manufacturés dans lesquels de l’amiante a été délibérément ajouté ;
  • dans les matériaux naturels ;
  • et enfin dans les matériaux manufacturés dans lesquels on trouve de l’amiante apporté par un des constituants (typiquement la problématique des enrobés routiers).

Les quelque 70 laboratoires actuellement accrédités peuvent continuer leur activité durant 18 mois (jusque mars 2021), mais au-delà, ils devront se conformer aux nouvelles règles d’accréditation. Par ricochet, l’opérateur de repérage devra aussi s’assurer que le laboratoire à qui il transmet son échantillon dispose de l’accréditation appropriée. L’opérateur est également garant de faire apparaître certaines informations sur ses bordereaux d’accompagnement d’échantillons.

Niveau d’exigence relevé

L’arrêté définit également les compétences des personnes chargées d’effectuer les analyses. Titre pro de niveau 4 ou deux ans d’expérience pour  le préparateur de l’échantillon ; niveau 5 ou trois ans d’expérience pour un analyste MOLP ou META ; niveau 6 pour un responsable technique. À voir comment se traduira cette nouvelle exigence de compétence, notamment dans la durée sur les coûts des analyses.

Seuil de détection

Autre grande nouveauté de ce texte, une limite de détection se trouve désormais gravée dans la réglementation : les laboratoires ne pourront avoir une limite de détection supérieure à 0,1%, avec un niveau de confiance à 95%. Autrement dit, les laboratoires doivent être capables de détecter l’amiante dans les matériaux quand cet amiante se trouve présent à une teneur supérieure ou égale à 0,1%, et ceci dans 95% des cas. Ce qui signifie aussi que pour les matériaux avec une teneur inférieure à 0,1%, les résultats pourront continuer à être discordants d’un labo à l’autre.

Transmission des échantillons

Double ensachage, traçabilité, quantité suffisante et précision de la ou des couches à analyser, en matière de transmission, guère de nouveauté pour l’opérateur. Sauf qu’à l’avenir, le laboratoire pourra émettre une réserve mentionnée dans le rapport, voire rejeter l’échantillon lorsque toutes ces conditions ne sont pas réunies.

Arrêté du 1er octobre 2019 relatif aux modalités de réalisation des analyses de matériaux et produits susceptibles de contenir de l’amiante, aux conditions de compétences du personnel et d’accréditation des organismes procédant à ces analyses

  Article "tagged" as:
  Categories:
voir plus d'articles

A propos de l'auteur

Christophe Demay
Christophe Demay

Voir plus d'articles
ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire