Et si le désamiantage était organisé en un pôle public?

Et si le désamiantage était organisé en un pôle public?
février 23 11:50 2018

Le projet est porté par la coordination des associations de victimes de l’amiante et des maladies professionnelles (Cavam), qui a récemment interpellé des élus (responsables nationaux, députés et sénateurs), et notamment Nicolas Hulot et Agnès Buzyn. L’idée a trouvé un écho auprès de certains élus, puisque le sénateur Philippe Madrelle (Gironde – SOCR) interpelle le ministre de la transition écologique et solidaire à ce sujet.

Soulignant « les risques de contamination professionnelle ou environnementale consécutive à l’inhalation des poussières d’amiante toujours aussi présents », et la prévision de « 100 000 décès d’ici à 2050 pour les 2 millions de salariés potentiellement exposés aux risques de l’amiante », le sénateur explique que « les opérations de désamiantage ne devraient pas être soumises aux lois du marché, aux objectifs impératifs de rentabilité, mais obéir à la réglementation stricte afin que les générations futures ne soient pas à nouveau confrontées à des risques sanitaires. La création d’un pôle public d’éradication de l’amiante en France s’inscrit dans un projet de développement respectueux de l’environnement et des biens communs, porté par une structure administrative et juridique indépendante. »

Question orale n°0237S de M. Philippe Madrelle (Gironde – SOCR) publiée dans le JO Sénat du 22/02/2018

Consulter le projet de pôle public d’éradication de l’amiante de la Cavam

voir plus d'articles

A propos de l'auteur

Christophe Demay
Christophe Demay

Voir plus d'articles
ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire

Vos données seront en sécurité Votre adresse email ne sera pas publiée. Les autres données ne seront pas partagées avec une tierce personne.
Tous les champs sont requis.