Face au risque amiante, les Français restent mal informés, selon une enquête Ex’im/Ipsos

Face au risque amiante, les Français restent mal informés, selon une enquête Ex’im/Ipsos
novembre 18 11:42 2019

Comment les Français perçoivent-ils le risque amiante et plus généralement les polluants du bâtiment ? Sur le terrain du matin au soir, les diagnostiqueurs immobiliers ont bien une petite idée. Mais pour la première fois, une enquête commandée par le réseau Ex’im auprès de l’institut Ipsos permet de mesurer la perception du risque amiante chez les Français.

Et l’étude montre pour le moins quelques paradoxes. D’un côté, quatre Français sur 10 reconnaissent avoir peur d’être exposés à des polluants ; un sur deux chez les jeunes de 16 à 24 ans. Pourtant parmi ces personnes, près des deux tiers d’entre elles (64% très exactement) “déclarent ne pas avoir peur du risque amiante dans le cas de travaux à leur domicile”. Et si on considère la population dans son ensemble, trois quarts des personnes interrogées pensent ne pas être exposées à un risque amiante en cas de travaux chez elles. L’enquête montre ainsi combien le risque amiante est mal identifié et combien l’information est nécessaire pour promouvoir le repérage avant-travaux.

Ex’im lance le Point Conseil Amiante

Autre enseignement de ce sondage inédit, quand on parle d’amiante, les Français font confiance tout particulièrement à leurs édiles. À la question “Qui contacter en cas d’exposition à l’amiante ?”, les maires arrivent en tête (56%), loin devant les diagnostiqueurs immobiliers (27%). “Le problème de l’amiante est ainsi perçu par les Français comme un problème de santé publique, relevant donc de la responsabilité de l’État et par extension des élus proches d’eux : les maires. Les Français naturellement se tourneraient vers les élus de proximité pour prendre conseil, et avoir un accompagnement dédié et rapide”, explique le réseau Ex’im dans son communiqué.

Et puisque les maires eux-mêmes ne sont pas toujours correctement informés, en particulier dans les communes de taille modeste où l’ingénierie fait parfois défaut, Ex’im lance le Point Conseil amiante, un nouveau service à destination des collectivités locales avec un site internet dédié (http://pointconseilamiante.fr/) et un numéro d’appel gratuit. “Ancien élu municipal, je connais la difficulté que rencontrent les collectivités locales dans la gestion des risques, confie Yannick Ainouche, PDG d’Exim. Qui mieux que les mairies peut accompagner nos concitoyens? Et qui mieux que des spécialistes de l’amiante peut informer les collectivités territoriales? C’est de ce simple constat que le Point Conseil Amiante a vu le jour.”

voir plus d'articles

A propos de l'auteur

Christophe Demay
Christophe Demay

Voir plus d'articles
ecrire un commentaire

1 Commentaire

  1. DB
    décembre 03, 10:38 #1 DB

    En effet les Français restent mal informés, voir même « trompés », je constate tous les jours cette incompréhension. Les acquéreurs de biens anciens, font appels a nous pour estimer les travaux de désamiantage en se basant sur le DTA fournis lors de la vente, nous leur expliquons que ce rapport est incomplet, et que nous avons besoin d’un repérage avant travaux, en leur expliquant que celui-ci pourrait révéler d’autres produits amiantés. Malheureusement pour ceux qui ont franchi le cap de l’acquisition du bien en pensant n’avoir que très peu d’éléments en amiante peuvent se retrouver avec de l’amiante dans plusieurs matériaux et plomber leur budget travaux.

    J’entends 9 fois sur 10 que cela est un scandale, qu’ils n’étaient pas au courant de cela, a quoi sert un DTA si celui-ci est incomplet à ce point, que les désamianteurs sont des escrocs, que les vendeurs sont des escrocs, et malheureusement la finalité est qu’ils se débrouilleront sans tenir compte de la problématique Amiante….

    Les personnes les plus réfractaires sont souvent les anciens, qui me répètent qu’avant on faisait pas tout ce cinéma, qu’ils en ont « mangé » toute leur vie et qu’ils sont toujours là, je tente de leur expliquer en parlant des chiffres qu’ils sont dans l’erreur, mais bon….

    Je parle de mon expérience dans une région dynamique ou il y a de l’argent, l’immobilier est très actif, le pouvoir d’achat est supérieur à d’autres régions, alors quand j’évoque le sujet avec des contacts que j’ai dans d’autres régions moins favorables et bien le constat est très préoccupant….

    Reply to this comment

Ajouter un Commentaire