Exposition à l’amiante au Parlement européen : trois mois de prison et 20 000 euros d’amende avec sursis requis

mai 31 16:46 2016

Trois mois de prison et 20 000 euros d’amende avec sursis, ce sont les peines requises dans le dossier de la pollution amiante au Parlement européen de Strasbourg. L’affaire avait fait couler pas mal d’encre, non seulement en raison du lieu, symbolique à l’évidence, mais aussi en raison du nombre des parties civiles puisque 330 personnes auraient potentiellement été exposées à l’amiante.

Lors de ce chantier mené début 2013, des ouvriers d’une entreprise de plâtrerie avait démonté le coffrage de poteaux porteurs sans précautions particulières. L’enquête montrera que le Parlement, maître d’ouvrage non poursuivi dans cette affaire, avait pourtant fourni un rapport de repérage indiquant que ces poteaux, quoique non analysés, étaient susceptibles de contenir de l’amiante.

Du coup, le procureur a requis 20 000 euros d’amende à l’encontre du responsable de l’entreprise de plâtrerie qui ne pouvait qu’avoir « conscience du risque ». Trois mois de prison ont également été requis à l’encontre du bureau spécialisé dans la coordination de sécurité du chantier pour ne pas avoir lancé l’alerte. En revanche, la relaxe a été requise pour l’architecte intérieur maître d’œuvre également prévenu dans ce dossier. Le tribunal correctionnel de Strasbourg a mis sa décision en délibéré au 8 septembre.

  Categories:
voir plus d'articles

A propos de l'auteur

Christophe Demay
Christophe Demay

Voir plus d'articles
ecrire un commentaire

0 Commentaire

Pas de commentaire !

Vous pouvez commencer la discussion.

Ajouter un Commentaire

Vos données seront en sécurité Votre adresse email ne sera pas publiée. Les autres données ne seront pas partagées avec une tierce personne.
Tous les champs sont requis.